Quitter le forum et retourner au site

Supprimera, supprimera pas...

Lieu "à la mode" pour discuter et débattre sur les logiciels libres, les distributions linux, etc...
Avatar de l’utilisateur
le Manchot Masqué
Administrateur du site
Messages : 654
Inscription : lun. 26 mai 2008, 21:05
Distribution : Debian, Ubuntu
Niveau : Moitié plein !
Localisation : Guebwiller

Supprimera, supprimera pas...

Message par le Manchot Masqué »

Dans les débats houleux, gitlab, plateforme de révision de code bien connue des Libristes, avait donc envisagé la suppression des dépôts inactifs, pour finalement revenir en arrière devant le tollé suscité (https://www.lemondeinformatique.fr/actu ... 87640.html).
Il faut bien comprendre qu'à un moment ou à un autre, un développeur peut soit avoir fini son projet, soit le laisser en état parce que momentanément pas de temps pour le continuer, soit tout simplement l'oublier effectivement. Cela étant, c'est du code source, du texte, et pas des photos ou des vidéos. En clair : même un compte gratuit ne prend pas beaucoup de place sur un disque dur actuel, dont les capacités ont encore explosé ces dernières années. Il n'y a pas non plus 7 milliards de développeurs sur la planète, et les quelques millions qui existent n'utilisent pas tous GIT, outil pourtant fort sympathique.
Bref, ce petit retour en arrière de Gitlab rappelle furieusement la suppression du store de Firefox OS par Mozilla à l'époque, dépôt de webapps qui était une véritable mine pour les webmasters, avec des projets très intéressants à étudier et reprendre. Et la remarque est la même : ça ne coûtait quasiment rien à Mozilla d'entretenir ces quelques serveurs, et de laisser les webmaster étudiés des codes sources d'autres développeurs. Mais non : Mozilla a choisi de tout fermer - et ce même s'ils ont continué en douce d'entretenir kai OS, qui n'a plus aucun intérêt puisque ne tournant pas sur smartphone.
On pourrait encore penser à Openclipart côté SVG qui a longtemps fermé suite à une attaque en ligne. Là encore, on a un peu de mal à comprendre pourquoi il a fallut autant d'années pour que le dépôt rouvre ses portes, et réintègre Inkscape.
Bref, on a souvent des pépites dans le Libre qui disparaissent alors qu'elles sont encore pleinement d'actualité, parfois de manière totalement incompréhensible. Il est donc fort heureux que Gitlab n'ait pas suivi Mozilla !
Répondre