Accueil Menu présentation Menu forum Menu débutant Menu logiciels Menu photos Menu détente
les six  menus de base
AGENDA 2020

Liste des réunions au format ICAL
Astuce : pour garder votre agenda à jour, pointez le sur l'URL http://lug68.org/lug68.ics !

Les rendez-vous à ne pas manquer !
Chargement en cours...

Accès au Domaine Langmatt pour les réunions informatisées de Murbach :
Page Domaine Langmatt - Murbach
Domaine Langmatt - Murbach
Lat / Lon : 47,91281132210774 / 7,13822990655899

Accès au site internet du Cheval Blanc pour les réunions informatisées de Wintzenheim :
Espace d'animation et de Loisir du Cheval Blanc - Wintzenheim
Lat / Lon : 48,07043895165002 / 7,29973509907722

Accès au site internet de Linux Kunheim pour les réunions informatisées de Kunheim :
Linux Kunheim
Lat / Lon : 48,07737825492639 / 7,53405556082726

Accès au site internet de l'Aronde pour les réunions informatisées de Riedisheim :
cliquez ici
Lat / Lon : 47,74442710000000 / 7,36648620000005

 

Les éditos :

(permalien : )

Avertissement : les éditos n'engagent que leurs auteurs respectifs, ni l'ensemble du LUG68, ni les autres associations libristes du département.

Réunion du 16 mai

Notre première réunion informatisée post-confinement du samedi 16 mai après-midi, à partir de 13h30, sera exceptionnellement limitée à 10 participants, pour rentrer dans les clous (n'oubliez pas vos masques). Il y a déjà 2 places prises. Et comme toujours, les premiers arrivés seront les premiers servis !

En conséquence de quoi nous demandons à ceux et celles qui veulent y participer de bien vouloir s'annoncer préalablement via un petit email envoyé sur lug68@free.fr. Merci d'avance pour votre compréhension.

Comme on risque d'être un peu débordé côté maintenance/installations, vu les deux mois écoulés, il n'y a aura exceptionnellement pas de formation prévue sur ce coup.

Bien entendu : café, chocolat et autres friandises sont toujours bienvenue - au plaisir de vous y retrouver !

Mobile virus vs virus mobile

Ce serait pour un masque !'
Allo ? Ce serait pour un masque...

Toutes les crises ont toujours profité aux lois d'exceptions, lesquelles perdurent généralement bien au delà des fléaux qu'elle sont censées combattre. Et la crise actuelle que nous traversons ne fait pas exception à la règle, même dans le domaine du numérique où nous œuvrons.

Vous aurez ainsi sûrement remarqué dernièrement un nombre croissant d'articles de presse, amenant petit à petit l'idée d'utiliser les smartphones pour « renifler » encore plus précisément nos déplacements, parce que oui : les gouvernements, les GAFAM (& Cie), et la NSA n'en ont jamais assez.

Au début de cette année encore, un des deux fabricants d'OS mobile avouait une géolocalisation permanente des usagers. Quant à l'autre, il avouait également fournir directement les états en données anonymisées - mais qui ira vérifier ?

Quand on sait qu'ios et android ont chacun leur porte dérobée, on comprend beaucoup mieux pourquoi Richard Stallman, le papa des logiciels libres, qualifie le smartphone de « rêve de Stalline ». Espérons que le pinephone sauvera la situation dans les mois qui viennent (mais ça, ce sera l'objet d'un autre édito...).

En attendant, les articles consacrés dans la presse spécialisée ne laissent aucun doute quant au fait que nous sommes bien pistés avec ces appareils. Mais très étrangement, les abus des uns et des autres ne sont jamais relayés dans la presse publique. Pas bon pour les ventes.

Certains souligneront que le pistage des usagers se fait déjà dans nombre de pays asiatiques, ce qui est exact. Cela étant, est-ce que la stratégie des applications mobiles de suivi du COVID-19 a diminué le nombre de contagions ? Rien n'est moins sûr.

Savoir le trajet suivi par un tiers contaminé, quelques heures ou jours auparavant, n'offre aucune garantie supplémentaire de sécurité. D'abord parce que le virus reste essentiellement aérien, résistant des heures, voire des jours, sur les surfaces qu'il touche. Ensuite parce qu'en environnement urbain, les trajets de passage sont vite saturés - bonne chance aux couleuvres !

Soyons réalistes : cette application à venir est un gadget, et non un moyen efficace de lutter contre le virus visé.

Dans une épidémie, le principal danger, ce sont les porteurs sains, non repérés et isolés, qui vont contaminer d'autres personnes, et non les malades, qui eux sont rapidement identifiés et pris en charge, surtout en France.

Si on veut déconfiner dans les clous, ce sont bien des tests qu'il va falloir produire - et en masse ! Et non tenter de rassurer les niais avec une application débile - pardon - mobile...

On peut aussi imaginer de futurs chantages au déconfinement, du style « vous pouvez ressortir librement dehors, mais seulement si vous laissez votre smartphone allumé, avec l'application gouvernementale qui va bien en arrière plan ».

De la science-fiction ? Rappelez-vous bien Orwell et son roman 1984, qui n'a jamais été aussi réaliste qu'à notre époque...

Les FAI ont déjà remonté les informations de géolocalisation de nos smartphones à nos chers dirigeants, elles aussi soi-disant anonymisées, dans le but de quantifier la fuite à la campagne des heureux possesseurs de résidences secondaires, au début du confinement.

Certes : ils ne sont pas allés jusqu'à relever les cartes SIM, désormais nominatives, ce qui aurait permis d'envoyer les amendes directement aux contrevenants. Ils auraient d'ailleurs tout aussi bien pu utiliser le suivi des cartes bancaires, des factures d'électricité (on pensera à linky), d'eau, de gaz, de box internet, etc - pour constater le déplacement physique des individus.

Ou plus simple encore : utiliser eCall, la fameuse puce 3G imposée par l'UE, soigneusement cachée dans nos véhicules pour notre sécurité en cas d'accident, et dont aucun média public ne parle jamais !

Pour le moment encore, et heureusement pour nous, la peur de se faire attaquer au tribunal sur le respect de la vie privée freine tous ces braves petits dictateurs en herbe, tellement préoccupés de notre santé et de notre sécurité qu'ils viennent tout juste de commander pour 4 millions d'€ de drones, en pleine crise sanitaire, après avoir largement investi dans les gaz lacrymogènes, les grenades et les LBD, pendant tous ces mois où l'on nous jurait qu'il n'y avait pas d'argent en France pour les plus défavorisés.

Pour faire des économies, on leur conseillerait bien de passer, en urgence, toute l'administration française sous la suite bureautique LibreOffice, histoire de suivre nos amis anglais qui, un an avant le vote du Brexit, ont adopté les formats libres OpenDocument (ODT, ODS, ODP, etc) pour leurs administrations. LibreOffice dont on rappelle qu'elle est interopérable sous les 3 OS majeurs, avec ses formats de fichiers standardisés ISO, et ses mises à jour régulières. En plus d'être gratuite !

Idem côté GNU/Linux, qui pourrait déjà aujourd'hui remplacer facilement bon nombre de parcs et de postes clients existants, avec juste un zeste de bonne volonté et d'intelligence. Mais revenons-en à notre application smartphone.

Le casino est ouvert !
Un peu d'humour noir... pour rire jaune !

L'autre danger évident de pister les déplacements des malades, c'est de les stigmatiser. Et là, quand on voit des fous s'en prendre au personnel de santé, à l'extérieur de l'hôpital, on imagine sans peine demain le risque d'exclusion sociale pour les « rescapés » du virus. Ce n'est pas nouveau : la peur rend les gens complètement cons. Les médias aussi, mais eux c'est normal : ils sont payés pour !

Cela étant, tout informaticien sait à quel point l'informatique est une arme redoutable dans de mauvaises mains, et vu les relations étroites entre « les tas » et les GAFAM, céder à une rhétorique de guerre - vieille technique classique de tout régime autoritaire qui se respecte (là encore, 1984 est une référence avec sa guerre permanente) - reviendrait de fait à sacrifier notre vie privée pour un ersatz de sécurité.

Ou comment perdre sur tous les tableaux, le sourire de l'imbécile heureux en option.

En conclusion, nous ne pouvons, une fois encore, que dénoncer le caractère inutile et dangereux que représenterait une application de pistage de la population, qu'elle soit volontaire ou non.

L'informatique libre que nous défendons, via les logiciels du même nom, a précisément pour but de laisser aux gens le contrôle de leurs appareils et logiciels, dans une époque ou fabricants et éditeurs brident de plus en plus les outils informatiques à leur seul profit, en violant toujours davantage notre vie privée, avec - il faut bien l'avouer - l'aval et la participation active des politiques !

Et comme dit en début de cet article, on connaît les lois d'exception qui perdurent, et toutes les « joies » liberticides qui vont avec. Une fois encore, on ne pourra donc pas nous reprocher de ne pas avoir prévenu !

Sur ce, portez-vous bien, bidouillez bien, et surtout n'oubliez pas nos réunions informatisées virtuelles du samedi après-midi, aussi longtemps que durera le confinement !

PS: nous vous conseillons également l'effrayant documentaire d'ARTE « Tous surveillés - 7 milliards de suspects » - disponible en libre accès jusqu'au 19 juin 2020 (merci Peggy).

Autre lien tout aussi effrayant, ou la complicité des GAFAM avec les gouvernants français est clairement mis sur la table.

Enfin, encore un article récent sur le siphonnage des smartphones android, côté applications cette fois,en utilisant la crédulité, la méconnaissance, mais surtout l'inconscience crasse des usagers.

Annonce : réunions hebdomadaires pendant le confinement !

Bonne nouvelle : nous vous proposons donc une réunion informatisée hebdomadaire à distance, chaque samedi après-midi à partir de 13h30 et jusqu'à 20h, et ce jusqu'à la fin du confinement !

Merci de vous annoncer sur lug68@free.fr afin de recevoir les liens de participation à l'outil en ligne le jour J, et merci surtout de surveiller votre boîte aux lettres ce jour là! Si vous n'avez toujours pas reçu l'email avec le lien à 14h pensez à ausculter votre dossier Indésirables, sinon renvoyez un email.

Pour info, nous utilisons un petit outil de chat et de vidéo sans prétention. Et si ça ne passe pas, on pourra toujours se rabattre sur http://meet.jit.si ! Si quelqu'un sait ensuite comment inverser l'écran en meet.jit.si pour ne pas avoir l'écriture à l'envers quand on présente quelque chose à la caméra, merci de nous transmettre l'astuce sur le forum : ça en intéressera plus d'un...

Pour ceux qui ont besoin d'aide, nous utiliserons anydesk pour la prise de contrôle à distance, lequel n'est malheureusement pas un outil libre, mais qui est très facile à utiliser et fait le travail correctement. Il suffit d'aller sur le site, de récupérer le paquet suivant votre distribution, de l'installer, de le mettre en route, et de transmettre les numéros qui apparaissent par quelque moyen que ce soit à celui que vous autorisez à prendre la main sur votre machine.

Amicaluxement et à samedi !

(permalien : )

Les éditos :

Mentions illégales ! A propos Plan du site Liens Ressources Compte LUG68 haut de pageHaut de page