Accueil Menu présentation Menu forum Menu débutant Menu logiciels Menu photos Menu détente
les six  menus de base
AGENDA 2017

Liste des réunions au format ICAL
Astuce : pour garder votre agenda à jour, pointez le sur l'URL http://lug68.org/lug68.ics !

Les rendez-vous à ne pas manquer !
Chargement en cours...

Accès au Domaine Langmatt pour les réunions informatisées de Murbach :
Page Domaine Langmatt - Murbach
Domaine Langmatt - Murbach
Lat / Lon : 47,91281132210774 / 7,13822990655899

Accès au site internet du Cheval Blanc pour les réunions informatisées de Wintzenheim :
Espace d'animation et de Loisir du Cheval Blanc - Wintzenheim
Lat / Lon : 48,07043895165002 / 7,29973509907722

Accès au site internet de Linux Kunheim pour les réunions informatisées de Kunheim :
Linux Kunheim
Lat / Lon : 48,07737825492639 / 7,53405556082726

 

Les éditos :

(permalien : )

13ème festival Eco Equitable Bio Ungersheim

Ungersheim

Nous aurons donc la grande joie de participer une nouvelle fois au Festival Eco Equitable Bio, les samedi 18 de 14h à 19h, et dimanche 19 novembre de 10h à 19H, espace Le Trèfle à Ungersheim. Un grand merci encore à l'association organisatrice Les Heibich pour l'invitation !

Le thème de cette année sera les pertubateurs endocriniens, dont le tristement célèbre Roundup, et sa molécule associée, le glyphosate, dont l'UE refuse encore et toujours l'interdiction pure et simple, malgré la division par 8 du nombre d'insectes en 20 ans, et malgré tous les autres problèmes associés côté bio-diversité et les questions côté santé humaine.

Rappelons sur ce sujet que l'article 39 du TFUE (Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne) spécifie noir sur blanc que la Politique Agricole Commune a pour but «d’accroître la productivité de l’agriculture en développant le progrès technique, en assurant le développement rationnel de la production agricole ainsi qu’un emploi optimum des facteurs de production, notamment de la main-d’œuvre.». Traduction de la nov'langue en français courant : notre chère UE s'impose de produire chaque année toujours plus, sans aucune limite ni garde fou, sans aucune considération pour les agriculteurs (malgré 2 suicides/jour dans la profession en France), et n'en a rien à foutre des conséquences écologiques.

Mieux encore : dans une récente conférence à Colmar, un intervenant nous apprenait que 33% de la production agricole n'arrive jamais dans nos assiettes, et part finalement à la benne. Alors déjà, pourquoi produire plus ?

Agriculture ou informatique libre - même combat : la logique et le bon sens ont laissé place au copinage et à seule loi du profit. Face à une UE qui ne produit rien, nous coûte chaque année 9 milliards d'€, et se garde bien de préciser que l'argent qu'elle nous reverse provient en fait de nos impôts, il est indéniable que dans nos deux domaines respectifs, ce sont les multinationales qui dirigent Bruxelles, et non pas l'intérêt des peuples.

En ce qui nous concerne, nous avons heureusement eu la chance, dans les années 80, qu'un certain Richard Matthew Stallmann ait résisté à la folie du capitalisme sauvage, en créant la licence GPL et la Free Software Foundation. Grâce à lui, et aux millions de contributeurs anonymes qui ont créé des logiciels libres par la suite, nous disposons aujourd'hui du meilleur noyau système de la planète, et d'une logithèque libre de plus de 30000 titres, dont certains bien connus du grand public.

Avec trois associations libristes dans le département, et peut-être bientôt une quatrième, le Libre se porte très bien, et nous l'avons encore constaté l'an dernier sur le stand : vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous voir pour nous poser vos questions, et découvrir une informatique respectueuse des usagers, loin de la folie tactile et de l'espionnite aigü des derniers OS privateurs de liberté !

Merci encore pour votre intérêt et votre soutien, en espérant bientôt vous revoir !

Le Ministère désarmé

Pour bien comprendre ce qui va suivre, nous vous conseillons fortement de voir ou revoir le reportage de Cash Investigation sur les contrats Open Bar, à partir de la minute 44 dans la vidéo.

L'information n'aura pas échappé à nos manchots du 68 : le contrat Open Bar entre l'armée française et microsoft a donc été renouvelé en août dernier, pour un montant inconnu. Ainsi, le contribuable français n'a même plus le droit de savoir combien lui coûte le retour de la France dans l'OTAN, décidé par M. Sarkozy en 2008, juste après le retrait du Crime de Haute Trahison du Président de la République en 2007.

OTAN
Qui fait la guerre au reste du monde ?

Les seuls chiffres dont on dispose, c'est qu'en 2009, la facture s'élevait à 80 millions d'€ pour 4 ans, et qu'en 2013, le renouvellement du contrat avait vu une augmentation de 50%, soit 120 millions d'€. Si on continue dans cette logique de +50% tous les 4 ans, on peut donc tabler sur 180 millions d'€ en 2017, à comparer à la «rétrocommission» de quelques millions d'euros l'an passé, pour noyauter notre chère éducation nationale sans appel d'offre. Parce qu'on est aussi commercial chez microsoft...

Quant à savoir si la vente de 20% de l'or des français par le ministre Sarkozy, entre 2004 et 2009, au prix le plus bas (comprenez à perte sèche estimée à 18 milliards d'€), est liée ou non à ce même retour dans l'OTAN, il serait quand même intéressant un jour de se pencher sérieusement sur la question - mais c'est un autre débat.

De notre côté, nous retiendrons surtout que le contrat Open Bar a donc été resigné, une fois encore, chez microsoft irlande. A ceux et celles qui s'étonneraient de la manoeuvre, rappelons que face au taux d'imposition français de 33%, et grâce à des traités européens qui empêchent tout début de protectionnisme, les GAFAM ont négocié, depuis 1992, des taux d'imposition absolument indécents en Irlande, avec notamment le fameux 0,005% qui a valut à apple sa dernière condamnation - laquelle restera sûrement lettre morte comme toutes celles qui les ont précédées.

Car derrière les grands discours de lutte contre l'évasion fiscale relayés par les complices et les sots, la triste réalité est qu'il faut l'unanimité des 27 états membres pour faire bouger les traités autobloquants de l'UE, et il est évident que jamais, au grand jamais, l'Irlande ou tout autre pays bénéficiaire de cette aberration économique, n'acceptera qu'on touche à ses intérêts. Entre les lobbyistes officiels payés par les GAFAM pour noyauter les décideurs, à Bruxelles comme en France, et des commissaires européens non élus, privilégiant systématiquement leur carrière à venir, les trahisons de nos élites se suivent et se ressemblent...

Pendant ce temps là, la mise au placard d'un général, trop soucieux de défendre les capacités opérationnelles de ses troupes et l'indépendance de son pays, suivie du parachutage d'urgence de son remplaçant, n'aura finalement pas réussi à cacher la misère. Côté fric, notre armée est dans la flotte jusqu'au cou, pour reprendre la petite chansonnette. On se souvient du logiciel louvois qui fut un gouffre financier et un désastre incompréhensible (qui a dit un sabotage ?). Imaginez maintenant les coûts opérationnels d'un état d'urgence permanent, qui mine nos militaires en plus de les transformer en cibles mouvantes, et additionnez encore le coût de toutes les guerres, depuis 2008, dans lesquelles la France a été engagée de par son retour dans l'OTAN. Où cela nous mène t'il ?

Pire encore. On a appris, suite à l'ouragan Irma, que le seul bâtiment maritime Batral, capable de débarquer du matériel sur une plage, avait été mis au rebut sans remplaçant 2 mois avant la catastrophe, alors que la saison des cyclones dans cette partie du monde est pourtant connue de longue date. Dommage pour les victimes. On a également appris que les deux hélicoptères Puma engagés provenaient de Guyane. Quant aux témoignages d'insécurité à Saint-Martin que l'on trouve en ligne, ils sont bien loin des discours rassurants servis par les médias du système - merci internet. De toute évidence, la capacité opérationnelle de notre armée n'est pas à la hauteur de l'enjeu.

Si l'état n'a pas d'argent, au point de venir piquer 5€ d'APL à des étudiants, alors il ferait déjà bien de commencer par économiser du fric sur ses logiciels et son matériel, en privilégiant systématiquement des logiciels libres et gratuits, et surtout payer des emplois d'ingénieurs en France, au lieu d'aller acheter des logiciels US sur étalage qui coûtent chers, rendent dépendants, n'autorisent aucune souplesse, et n'offrent rien de plus au final.

Les anglais ont passé leur administration sous format OpenDocument un an avant le Brexit avec succès, qu'est-ce qui nous retient de faire de même ? Et quand on entend notre gendarmerie nationale qui se targue d'avoir économisé des millions d'€ 'en passant sous Ubuntu, on en déduit que porter un costard ne fait pas de vous quelqu'un d'intelligent, même si vous avez été banquier chez Rothschild, et que vous considérez l'armée comme une charge inutile qui ne produit rien. Attention quand même à bien nuancer ce dernier propos. Pour un gérant français, l'armée est certes une charge, mais pour un gérant américain, c'est un produit, puisqu'en créant des guerres artificielles, les USA s'emploient surtout à faire fonctionner leur propre machine économique. Ainsi l'OTAN est une machine à fric américaine payée par ses membres européens, lesquels peuvent au mieux espérer quelques miettes pour rentrer dans leurs frais.

Bref, ce renouvellement du contrat Open Bar est une insulte de plus au peuple français, une trahison évidente de nos intérêts nationaux, de notre indépendance et de notre souveraineté, dans un monde où l'agresseur est bien plus souvent américain que russe ou chinois - et ce ne sont pas les désastres humanitaires et économiques laissés par le complexe militaro-industriel américain sur la planète qui diront le contraire, auxquels l'état français a aussi sa part de responsabilité. En outre, les lanceurs d'alerte comme Assange ou Snowden ont largement démontré la présence de chevaux de troie dans nos matériels et logiciels informatiques, «from Washington with love...»

Au final, entre un big brother qui nous envahi par la ruse en s'employant à prendre le contrôle absolu de nos ordinateurs, et 20 commissaires européens complices, non élus, et à qui on a donné tout le pouvoir législatif en 1992, sans aucune possibilité de retour à part l'article 50 du TUE, les logiciels libres constituent quelque part une résistance démocratique plus utile que jamais.

A chacun de savoir dans quel monde il veut vivre, et quel monde il souhaite laisser à ses enfants. Mais de grâce, ne venez pas dire que vous n'avez pas le choix quand vous achetez votre ordinateur : RIEN ne vous oblige à l'acheter avec un système préinstallé, RIEN ne vous oblige à l'acheter en magasin, et RIEN ne vous oblige enfin à soumettre votre machine à un éditeur tiers.

Nos réunions informatisées sont là pour vous renseigner (de préférence AVANT d'acheter n'importe quoi...) et vous aider à passer au Libre. Il ne tient donc qu'à vous de faire l'effort d'y participer !

Présentation Marckolsheim

Le samedi 23/09/2017, l'équipe de Linux Kunheim sera à la MJC la Bouilloire de Marckolsheim pour faire une série de présentations sur Linux et les logiciels libres.

Marckolsheim

Au Programme, des conférence en salle Eugène Plas:

  • 11h00 Introduction à GNU/Linux
  • 11h30 Logiciels libres et environnement, l'intérêt de Linux pour rajeunir les ordis vieillissants
  • 14h30 Sécurité sur Internet avec des logiciels libres
  • 15h30 Logiciels libres et environnement
  • 16h00 Introduction aux micro-contrôleurs et objets connectés

Et il y aura un coin pratique en salle Maurice Martin avec 6 machines pour diverses démonstrations à propos de les OS Linux Mint et Primtux, le navigateur Firefox, le logiciel de courriels Thunderbird, la suite LibreOffice, le traitement de photos avec Gimp, le dessin vectoriel avec Inkscape, la création de vidéo avec Openshot, modélisation et animation 3D avec Blender et l'électronique, les micro-contrôleurs et les objets connectés.

Au plaisir de vous y retrouver !

(permalien : )

Les éditos :

Mentions illégales ! A propos Plan du site Liens Ressources Compte LUG68 haut de pageHaut de page