Accueil Menu présentation Menu forum Menu débutant Menu logiciels Menu photos Menu détente
les six  menus de base
AGENDA 2020

Liste des réunions au format ICAL
Astuce : pour garder votre agenda à jour, pointez le sur l'URL http://lug68.org/lug68.ics !

Les rendez-vous à ne pas manquer !
Chargement en cours...

Accès au Domaine Langmatt pour les réunions informatisées de Murbach :
Page Domaine Langmatt - Murbach
Domaine Langmatt - Murbach
Lat / Lon : 47,91281132210774 / 7,13822990655899

Accès au site internet du Cheval Blanc pour les réunions informatisées de Wintzenheim :
Espace d'animation et de Loisir du Cheval Blanc - Wintzenheim
Lat / Lon : 48,07043895165002 / 7,29973509907722

Accès au site internet de Linux Kunheim pour les réunions informatisées de Kunheim :
Linux Kunheim
Lat / Lon : 48,07737825492639 / 7,53405556082726

Accès au site internet de l'Aronde pour les réunions informatisées de Riedisheim :
cliquez ici
Lat / Lon : 47,74442710000000 / 7,36648620000005

 

Les éditos :

(permalien : )

Avertissement : les éditos n'engagent que leurs auteurs respectifs, ni l'ensemble du LUG68, ni les autres associations libristes du département.

Annonce : réunions hebdomadaires pendant le confinement !

Bonne nouvelle : nous vous proposons donc une réunion informatisée hebdomadaire à distance, chaque samedi après-midi à partir de 13h30 et jusqu'à 20h, et ce jusqu'à la fin du confinement !

À savoir pour les prochaines réunions, et notamment pour ceux qui ont une webcam : avec notre outil maison, la vidéo et le son fonctionnent bien de Firefox vers les autres participants, mais pas de Chromium vers Firefox. Il vaut mieux donc que tout le monde utilise Firefox, histoire d'éviter les problèmes.

Merci de vous annoncer sur lug68@free.fr afin de recevoir les liens de participation à l'outil en ligne le jour J, et merci surtout de surveiller votre boîte aux lettres ce jour là! Si vous n'avez toujours pas reçu l'email avec le lien à 14h pensez à ausculter votre dossier Indésirables, sinon renvoyez un email.

Pour info, nous utilisons un petit outil de chat et de vidéo sans prétention. Et si ça ne passe pas, on pourra toujours se rabattre sur http://meet.jit.si ! Si quelqu'un sait ensuite comment inverser l'écran en meet.jit.si pour ne pas avoir l'écriture à l'envers quand on présente quelque chose à la caméra, merci de nous transmettre l'astuce sur le forum : ça en intéressera plus d'un...

Pour ceux qui ont besoin d'aide, nous utiliserons anydesk pour la prise de contrôle à distance, lequel n'est malheureusement pas un outil libre, mais qui est très facile à utiliser et fait le travail correctement. Il suffit d'aller sur le site, de récupérer le paquet suivant votre distribution, de l'installer, de le mettre en route, et de transmettre les numéros qui apparaissent par quelque moyen que ce soit à celui que vous autorisez à prendre la main sur votre machine.

Amicaluxement et à samedi !

Calculatrices & logiciels libres

Suite à nos nombreux éditos sur l'éducation nationale, de plus en plus minée par microsoft, au détriment des logiciels libres que nous défendons, nous aborderons ici un aspect plus largement ignoré, ou tout au moins sous-estimé : celui des calculatrices de collèges et de lycées.

Prenons au hasard Numworks, un acteur français (cocorico ?) qui commercialise depuis quelques années une calculatrice en processeur ARM, pouvant être mise à jour sous OS libre (ce qui est tout à son honneur), et dont le langage de programmation Python est une référence connue et appréciée de tous les développeurs libres.

Rien à dire sur le mulot lui-même, parfaitement optimisé pour le collège et la terminale, et dont le code source est disponible sur Github, ce qui est, à notre connaissance une exception. On aurait certes préféré un autre dépôt Git autre que celui passé dans le giron de microsoft en 2018 - au hasard Gitlab, pour ne pas le nommer - mais ne soyons pas chauvins : voir un acteur industriel jouer la carte de la transparence est tellement rare qu'on pourra bien pardonner ce petit écart.

Là où malheureusement, les choses se compliquent, c'est que Numworks impose d'ouvrir un compte client sur son site web, à partir duquel le client (élève ou professeur) peut gérer les programmes présents sur sa calculatrice depuis une page web utilisant du Javascript. On assiste donc malheureusement à la même politique observée chez les GAFAM : devoir se faire ficher pour pouvoir utiliser son produit ! Pas très «Charlie» tout ça...

Et quand on creuse un peu plus en profondeur, on se rend compte que l'outil de Numworks utilise en fait l'API (=interface de programmation d'application) WebUSB, disponible uniquement sous... google chrome et chromium, avec une petite anecdote cocasse, puisqu'en juillet 2018, Numworks signalait un bug de chromium aux développeurs, lequel n'a été corrigé qu'en... novembre 2019, soit quand même d'un an de retard au compteur, obligeant les usagers GNU/Linux concernés à utiliser chrome et ses nombreux spywares tout ce temps !

Pour nous, qui avons pris l'habitude de voir des failles noyau corrigées sous 24-48h, et bon nombre de logiciels mis à jour avec une célérité sans égale dans le monde informatique, la lenteur de réaction des développeurs de chromium, ici observée, reste un mystère, et pose bien des questions. Toujours est-il qu'apparemment, les choses sont enfin rentrées dans l'ordre.

On ne peut pas en dire autant de MathML (Mathematical Markup Language), un langage de programmation pour les profs de maths/physique, qui permet de faire de jolies formules bien complexes et chiantes pour casser les pieds (et surtout la tête) de ces chers élèves, et qui n'est plus supporté nativement que par... Firefox ! Encore une raison supplémentaire de préférer le navigateur de Mozilla à la concurrence !

Et les autres fabricants de calculatrice alors, où en sont-ils dans la prise en charge de GNU/Linux ?

Et bien si on prend un autre exemple avec HP et sa dernière HP Prime, le bilan est bien plus sévère.

Non pas que le mulot lui-même soit mal foutu : c'est même plutôt le contraire, l'écran tactile apportant le confort des smartphones sur une calculatrice, ce qui s'avère fort appréciable à l'usage, sauf que...

Au moment où l'on veut importer/exporter ses programmes, on se rend soudainement compte qu'HP ne fournit pas son Connectivity Kit sous OS libre, favorisant comme toujours ses grands copains Microsoft et Apple «only» ! Pire encore : la firme utilise un format binaire et propriétaire portant l'extension .HPRGM pour stocker les programmes, obligeant de fait l'utilisation de son Connectivity Kit pour pouvoir les gérer depuis un ordinateur !

On retrouve donc ici cette vieille habitude d'HP qui consiste à emmerder au maximum les libristes, en favorisant systématiquement l'utilisation de windows, attitude que nous avons maintes fois observé en réunions informatisées depuis 2002, sur un tas de modèles de PC portables de la firme, et même des fixes !

Comprenez bien ici qu'il n'y a aucun problème technique qui empêcherait HP de fournir à minima une version de son logiciel sous OS libre : on est dans un pur choix idéologique et orienté, pleinement assumé par le fabricant. Et ce d'autant plus que le logiciel fourni ne fait que le travail d'un simple client FTP (comprenez un logiciel pour transférer des fichiers d'une machine à l'autre), à peine amélioré, car l'édition des programmes est vraiment ultra-minimaliste et ne supporte même pas l'indentation automatique du code source !

Pour une boîte de la taille d'HP, disons les choses clairement : cet outil est purement et simplement minable.

Mais cette mauvaise volonté n'est pas l'apanage d'HP. Tous les GAFAM vous donnent le droit d'acheter leur bousin sur étalage, mais uniquement dans le cadre d'une totale dépendance au fournisseur/dictateur adoré, lequel impose ensuite ses protocoles fermés pour mieux pister et contrôler l'usage que vous faites de SON précieux. La stratégie reste toujours la même : frustrer le consommateur pour mieux lui revendre plus tard un nouveau machin, qui règlera peut-être un problème, mais en créant artificiellement deux autres.

À cela s'ajoute le nouveau «mode examen», sensé empêcher les pompes dans les contrôles. Imposé aux fabricants pour rendre obsolète la génération précédente de calculatrices, et forcer ainsi les familles à mettre/remettre la main au porte-monnaie (non : ceci n'est pas un «impôt indirect» !), il s'avère que certains petits fûtés ont déjà trouvé et publié sur le net des «exploits» pour cracker ce mode particulier sur plusieurs modèles.

Comme toujours, le code source fermé chez les fabricants n'aide pas à juger de la sécurité du matériel. Sans compter les mises à jour, nombreuses sur ces appareils devenus communicants, dont on a du mal à croire que les versions successives du logiciel soient toutes certifiées par l'éducation nationale avant publication...

Maintenant il est vrai que la question ne se posera plus vraiment dans quelques années, quand le BAC aura définitivement disparu, et que les étudiants qui auront raté leurs études se retrouveront sans aucun diplôme sur le marché du travail. Bonne chance à eux !

L'obsolescence matérielle des calculatrices est un autre vaste sujet. Dans la pratique, elle rejoint pleinement celle des smartphones et autres appareils du quotidien, impossibles à réparer sans démolir le boîtier/les composants ou utiliser des outils spéciaux.

Le fait est que depuis des années, les législateurs s'amusent à voter des lois contre l'obsolescence programmée, lesquelles ne sont jamais appliquées, et pour cause : là ou un pays souverain peut imposer ses conditions à la douane, et rejeter des produits non conformes à ses attentes, l'UE joue pleinement la carte des GAFAM et des fabricants de matériels jetables, via la sacro-sainte liberté de circulation des biens et des marchandises, le tout au détriment des peuples et du droit de choisir et de payer uniquement ce dont nous avons réellement besoin, comme chacun pourra continuer de le constater en magasin, avec la vente forcée matériel/logiciel.

Rappelons qu'en 13 ans, la seule victoire de l'UE sur les fabricants de smartphone a été d'imposer un pauvre cordon de recharge USB universel. Et encore : un gros acteur n'a pas joué le jeu - on vous laisse deviner lequel !

Bref, on se gausse joyeusement devant un bilan aussi ridicule, surtout qu'en parallèle, on a vu les trappes disque dur et mémoire disparaître des ordinateurs portables, et la batterie amovible devenir fixe voire soudée à la carte mère.

Tout bien électronique confondu, électroménager compris, ce ridicule législatif se paie très cher en déchets électroniques à gérer pour chaque pays membre de l'UE, mais surtout en misère humaine et écologique dans les pays producteurs de terres rares, où les minerais de sang continuent de polluer la planète et de tuer à tout âge.

Nos écoliers auront t'ils droit un jour à une calculatrice libre, éthique, équitable, et recyclable ? On ne peut que le leur souhaiter.

En attendant, force est de constater que sur calculatrice comme sur PC, smartphone, ou même compteur électrique, les vieux démons du contrôle absolu et de la surveillance généralisée continuent tranquillement de progresser, et ce, dès les bancs de l'école, sans que beaucoup de parents responsables n'y prêtent attention.

La calculatrice n'est certes pas un objet où l'on stocke ses données personnelles, mais il faut bien comprendre qu'avoir accès aux programmes d'un usager donne déjà une information sur sa maîtrise de la programmation et de la logique mathématique. Quant à repérer au plus tôt les petits génies de demain, que vous soyez un état ou une grosse firme, l'intérêt stratégique est tellement évident qu'il se passe de commentaires.

La calculatrice n'est donc plus cet objet anodin et inoffensif qui traînait sur le bureau : comme votre imprimante, elle est devenue un ordinateur communicant à part entière, et un enjeu économique de plus dans cette guerre commerciale invisible et permanente, où tous les coups sont permis.

Nous espérons en tout cas que Numworks continuera son travail d'ouverture vers le monde du Libre, voie que la firme semble décidément bien seule à suivre aujourd'hui.

MAJ pour la prochaine réunion informatisée du 21 mars

Puisque l'arrêté ministériel nous interdit une réunion physique, mais que nous sommes des informaticiens «libres» (et même vachement libristes), nous allons donc en profiter pour faire notre première réunion virtuelle à distance, toujours ouverte aux membres et particuliers, ce samedi 21 après-midi, via meet.jit.si pour la partie vidéo-conférence.

Pour se réserver un nom de canal le jour J, nous demandons exceptionnellement aux participants de bien vouloir s'annoncer par e-mail sur lug68@free.fr, afin qu'on puisse leur transmettre la procédure, et qu'ils puissent se connecter directement depuis leur navigateur internet, méthode la plus simple pour tout le monde !

Sinon pour ceux qui veulent être dépannés, il vous faudra installer un autre outil en parallèle comme anydesk ou teamviewer, et transmettre le numéro unique, affiché à l'ouverture de ces logiciels, à la personne à qui vous laissez le contrôle de votre machine. On pourra certes s'offusquer que ces outils ne sont pas libres, et qu'il est étrange que GNU/Linux n'en propose pas d'équivalent, alors que notre OS dispose pourtant de toutes les capacités réseau/tunnel, et d'un protocole VNC pour le déport d'affichage dans un réseau local (attention : ce protocole par défaut n'est pas sécurisé).

C'est effectivement un paradoxe qui dure depuis quelques années déjà, et qui est vraiment dommage car techniquement parlant, il s'agit ni plus ni moins que d'avoir un site public en ligne qui relie le trafic sécurisé via des tunnels, 2 à 2. Ainsi un OpenVPN sur site hébergé, avec des clients dédiés, et un peu de routage suffirait théoriquement à utiliser ensuite VNC de manière plus sécurisée et transparente. Mais comme toujours, il faut que quelqu'un le fasse...

Sinon la suite de la présentation de Freecad du mois dernier est logiquement reportée, vu qu'il s'agit de former in situ les participants intéressés à ce logiciel, et que la formation à distance a aussi ses limites dans l'apprentissage. Nous vous rappelons les tutoriaux laissés par Bertrand sur le forum, dans la rubrique Ateliers > Freecad - merci à lui pour la présentation du mois dernier.

L'arrêté ministériel nous force également à repousser le CA préparatoire et l'assemblée générale ordinaire de l'association, ce qui n'est pas une excuse pour oublier d'adhérer, si ce n'est pas déjà fait !

En attendant, portez-vous bien, et profitez de l'internet pour apprendre plein de nouvelles choses !

(permalien : )

Les éditos :

Mentions illégales ! A propos Plan du site Liens Ressources Compte LUG68 haut de pageHaut de page